• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

Archive pour novembre 2008

Vendredi 28 novembre 2008

bruluremal de pottchez moi!salon maureles droguesles fameuses sondes d IOTrespi et scopetenue de bloc  image288.vignettesieste du surveillantlavage de pied au bloc!banc d arguinhabitation imraguenimage348.jpgtumeur genoubanc d arguintente maurecampagne depistage cancer seincybercafé de l hopital!

L’HOPITAL

Vendredi 28 novembre 2008

Aujourd’hui, je vais vous parler un peu de mon expérience à l’hôpital. Désolé d’avance pour les non anesthésistes pour un vocabulaire qui pourra être un peu spécialisé…

Voici maintenant 3 semaines que je travaille quotidiennement au centre hospitalier national de Nouakchott, le plus grand hôpital du pays. Nous parlons ici d’ un bloc de chirurgie programmée comprenant 7 salles d’opération, située dans différents endroits de l’hôpital. Les chirurgies assurées sont: orthopédie, viscéral, urologie, orl, gynéco, neurochirurgie.

Un bloc de chirurgie d’urgence fonctionnant 24h/24, avec 5 salles d’opération.

Une Réanimation assez sommaire qui ne dispose que d’élément de surveillance non invasifs ( donc pas de KT artériel, pas de PIC, etc…).

Pour ce qui est du personnel, 95% du boulot est assuré par les techniciens d’anesthésie. Il y a un médecin anesthésiste réanimateur (MAR) pour le bloc de chir programmée ( bon en ce moment il est en vacances… donc il n y en a aucun!!) et il est là en général de 10H à 13H ( alors que les opérations ont lieu de 8H à 16h…) car le reste du temps il bosse dans une clinique où le salaire est 10 à 20 fois plus élevé qu’à l hôpital! Et puis, à ne pouvoir être partout…on est nulle part… ( eh oui 7 salles d’opération pour une personne, c ‘est pas possible!, donc tout est laissé à l appréciation des « IADE » qui bossent bien en général d ailleurs mais sont un peu désoeuvré car bien seul avec leur patient… ( surtout pour la pédiatrie!! eh oui les nouveau nés à endormir seul sans saturomètre, y’a de quoi!).

ensuite il y a un 2eme MAR pour le bloc d urgence et un 3eme pour la Réa.

En ce qui concerne l’équipement, c est pas si pire comme disent les québecois. Toutes les salles sont équipées de respirateurs (taema) avec halothane en circuit ouvert, une centrale d’oxygène, des scopes avec brassard automatique, saturomètres, sauf dans une salle où c est le défibrillateur qui fait office de scope… et où il y a ni saturo ni brassard automatique…malheurement… c est la salle où ils font plein de pédiatrie ( notamment la neurochir…!) Du coup j avoue que la dose de stress est assurée! Il y a un seul capno dans tout l’hopital… je leur est montré à quoi ça servait… ça leur à plu! en 3 semaines, aucune complication à déplorer, hamdulah!!

Pour ce qui est de l’hygiène, c est pas trop mal! les aiguilles et les seringues sont à usage unique, tout comme les aiguilles à rachianesthésie ( les même qu’à la maison!), les salles sont propres et désinfectées entre chaque opération, les boite de chir sont stérilisées correctement. y a des gants stériles.
par contre ce qui est vraiment crade, ce sont les sondes d intubation!! elles sont réutilisées… et « stérilisées » entre chaque patient ( la stérilisation consiste parfois à un bon savonnage avec du savon de marseille…. dans le meilleur des cas: désinfection au Cidex).

Ainsi un IADE m a montré avec fierté une sonde en LATEX ( vaut mieux pas etre allergique…) qu il utilise depuis 1985!!!!!!! soit 23 ans de bon et loyaux services… et ça risque pas de s’arreter là…

et quand on sait qu il y a plein de tuberculeux, quelques lèpreux, des sidéens, et autres hépatiteux……….ça fait rêver!

les filtres pour les circuits du respi n existent pas.

bref, ça craint quand meme un peu du boudin… je suis en train de me battre pour qu ils arrêtent de réutiliser les vieilles sonde d ‘IOT. Ils ont les moyens d en avoir une neuve pour chaque malade.

Une des raisons, pour laquelle ils continuent à réutiliser du matériel à usage unique est pécunier. je m’explique. Chaque patient paye 150 euros pour etre opéré, cet argent est censé payer les salaires et le matériel. Le surplus des sous est redistribué au personnel à la fin de chaque mois, au titre de prime de motivation. Du coup moins ils utilisent de matériel, plus il reste de sous! cela leur permet de doubler voire tripler leur salaire…

 

Le second problème majeur qui se pose est celui du réveil. Il n y a pas de salle de réveil. Les patients remontent directement dans « leur chambre » (6 malades par chambre plus les nombreux accompagnants…), où il n y a pas vraiment d infirmier dédié, pas d oxygène partout et encore moins d appareil de surveillance… Alors pour leur AG où ils font systématiquement et pour n importe quelle chirurgie: PENTHO , FENTA , PAVULON puis entretien à Halothane en finissant par une decurarisation ( NEOSTIG, ATROPINE) , la respiration des patients au reveil s’apparente beaucoup à celle du poisson rouge… de toutes facon en post op, il n y a pour ainsi dire pas de surveillance, du coup beaucoup de complication passent inaperçues…

 

J ai commencé à former les MAR et l’IADE qui bosse en orthopédie à l’ALR. Ils sont avides de connaissance, retiennent et appplique immédiatement ce qu’on leur montre: vraiment très agréable. Je leur ai donné une copie du cd d alr d astra zeneca et leur pose des questions d anat, de pharmaco, et de physio, pour eux,  conditons sinequanone, pour que je leur lache l aiguille!! je cible essentiellement  l apprentissage du bloc huméral ( une pensée pour alphonse pulcini et patrick duflo). Celui du BIS étant plus risqué (une pensée pour Elisabeth Gaertner et Cécile Rideau),  j’hésite encore car ils restent tres demandeurs de formation en ALR pour le membre sup… tout l’enjeu est d’éviter l AG.
Ils ont ainsi adopté définitivement la rachi unilatérale (une pensée pour mike).Et ça, j avoue que c’est assez valorisant: fini l’ephédrine !

J ai passé les deux dernieres semaine avec une mission niçcoise de chir ortho pédiatrique de Lenval!! il y avait un chir ortho: Dr Edouard CHAU ( eh oui c est le cousin d ‘Yves Chau !! le monde est petit), une IBODE: francoise et un anesthésiste pédiatrique qui bosse dans le privé à Toulouse: Dr Jean Luc JACQUEMET ( il a quitté Lenval il y a 2 ans). J ai beaucoup appris avec eux, surtout avec jean luc, car on fait beaucoup de pédiatrie ici, et je n’en avais pour ainsi dire quasiment jamais fait. Du coup, j ai appris entre autre avec lui les caudales, et l alr de l enfant: super!! tout pour eviter l AG.

Mes études avancent pas mal ici, le personnel est de relativement bonne volonté pour me filer un coup de main.

et voilà pour cette fois ci. Encore mes excuses aux non anesthésistes que mon discours n’aura peut etre pas passionné…

à très vite.

qq photos

Samedi 22 novembre 2008

antibiotique..

 

c est un debut…

bisesqq photos IMAGE_296IMAGE_292IMAGE_291IMAGE_288IMAGE_287IMAGE_277IMAGE_275IMAGE_262IMAGE_257IMAGE_331IMAGE_328IMAGE_314IMAGE_310IMAGE_309IMAGE_307IMAGE_299

le Banc d’Arguin

Mercredi 19 novembre 2008

Ce week end, escapade avec des amis anthropologues au coeur d’une réalité mauritanienne bien différente: le PARC NATIONAL DU BANC D ARGUIN (PNBA).
Arrivé dans un paysage sauvage où la nature est sans conteste maitresse. Vastes étendues de dunes de sable se jettant dans l océan atlantique… ça calme!

Il se trouve que c est une reserve ornithologique qui regorge de gros pélicans, flamands roses  et autres hérons. Elle est doté d une des eaux les plus poissonneuses au monde: vraiment impressionnant l ‘eau grouillle litteralement de « mulets jaunes », » courbines »  et autres poissons volants, qui se jettent hors de l’eau, attirant les dauphins par le bruit qu’ils font en amerrissant. On peut d ailleurs attirer ceux ci en tapant sur l eau parait il!! ( je sais c’est un truc de ouf…)
nous avons été ensuite invité successivement dans différente familles du village d’Imraguen ( tribu de pêcheurs du parc), qui se battait pour nous avoir sous leur toit et nous faire cadeau de se qu ils ont de plus precieux: poutargue ( caviar mauritanien: delicieux), poisson seché et collier de coquillage. Epoustouflant de n avoir que si peu et de donner autant…

Dans le village il n y a ni eau ni electricité et les gens ne se lavent pour ainsi dire…. jamais… en particulier les femmes ( les hommes passent la journée dans l eau, ils sont donc relativement propres). Quant elles vont aux toilettes, quant elles sont indisposées, pas de probleme, elle ne s essuye pas ni ne se lavent… tout pars dans le grand voile qui les enveloppe appelé « melefe »…. meme voile qui sert plus tard à … essuyer la vaisselle…   ah ouais… quand meme!

bref depaysement assuré et decouverte d une façon de vivre fondamentalement différente de la notre où il n y a ni porte ni étranger. ainsi on dit que n importe qui peut s inviter à votre table n importe quand, sans avoir à demander quoi que ce soit et  qu on est en droit de lui demander ce qu il fait ici qu après le 3eme jour passé sous votre toit !!!! je vous laisse imagnier ce que ça donnerait dans nos foyers douillets et surprotégés…

franchement: tres enrichissant, une belle lecon de vie…

Pour ce qui est qui est de la vie à nouakchott, tout se passe très bien. Le boulot à l hopital devient de plus en plus interessant et les gens me font confiance: agréable! ils sont tres ouverts à ce que je leur apporte et l appliquent très volontiers! gratifiant…

je parlerai plus longuement de ce chapitre plus tard,

J ai pris mon premier cours de Hassania, dialecte de l’arabe, hier… super!! mais ça va pas etre simple….

à tres vite,

n hésitez pas à me donner de vos nouvelles, ça fait toujours chaud au coeur!

bises

lonely

Mardi 11 novembre 2008

 Tout va plutot pas mal! Hélène est partie lundi pour le Banc d’Arguin. Je me retrouve à nouveau cavalier solitaire.

 Pour ceux qui ne sont pas au courant… je suis parti avec ma chérie et compagne, Hélène, qui fait un thèse d’Anthropologie sur les tribus de pêcheurs, les Imraguens, du parc national du Banc d’Arguin, à 300 km au nord de Nouakchott. Elle alterne ainsi des séjours d une semaine à Nouakchott et au Banc d’Arguin.

 A Nouakchott, je prends petit à petit le rythme de l hosto est suis en train de mettre en place mes 2 études sur place….. pas facile!! j suis vraiment tout seul sur le coup! mais bon avec du taf et de l assiduité ça devrait aller! ( d’ailleurs j ai toujours pas de nouvelles de Laurent Rami… lui est il arrivé qq chose?? aucunes nouvelles depuis à peu pres 3 semaines…)

 

Je commence à connaitre du monde ici, les rencontre se font vraiment très rapidement! En Afrique, il est difficile de rester seul…faut vraiment le vouloir…tout le monde communique, fais le premier pas. Et les téléphones portables ont ici de très beau jours devant eux… la plupart des gens en ont d ailleurs 3: un pour chaque opérateur…

 Cpdt l’état d’esprit reste tres différent de l afrique saharienne, les gens sont assez fiers et il y a tres tres peu de colporteurs, rapoteurs et autres mendiants, il est donc agréable de se promener dans la ville, peinard!

 

De plus la vie artistique de nouakchott est animé en grande partie par le centre culturel francais qui organise pas mal de chose: j ai vu ce week end un concert exceptionnel de « bamassou Kouyaté » un malien inventeur du « blues du mali » avec des instruments traditionnels, très pro, vraiment épatant!

y a du ciné régulièrement, l’entrée est gratuite pour tous… sympa!

 

j ai rencontré un groupe de musicien du coin ( ils sont une vingtaine en tout dans le pays!!), et vais essayer de faire un peu de musique avec eux??!!? en tout cas ils m ont donné des tuyaux en or pour acheter de quoi confectionnner des percussions africaines à moindre frais! (calebasse et autres cucurbitacés!!). peut etre une solution aux problemes de section rythmique pour ma musique!!?!

 

 bientot, un petit apparté politique… tout le monde ici ne parle que de ça…

pour les avides d’hopital, je l’évoquerai à nouveau la prochaine fois, insh allah!

le boulot…

Samedi 8 novembre 2008

et voilà… pour moi ausi un nouveau stage commence… plutot hors du commun!

Mes deux premiers jours au bloc de Nouakchott se sont bien passés, bien que la présence d’une ONG en perdition aie quelque peu perturbé les jours paisibles de bloc opératoire…

Eh oui, la mission comprenant les chirurgiens urologues de Nice opèrent à l’hopital de Nouakchott jusqu’à mardi! Je prends ainsi la place d’isabelle qui n a pas pu partir…

Assez étrange, de se retrouver ici entre niçois! Cependant tout n’est pas rose… les railleries fusent côté français comme mauritanien. En effet, si la mission est là, c est que leur container est resté coincé à la douane jusqu’à mardi prochain. Ils sont donc contraint d’utiliser la matériel souvent vétuste de l’hopital d’où quelques soucis, beaucoup de matériel utilisé et des temps opératoires qui s’allongent… le tout sur fond de complaintes permanentes à propos des mauvaises conditions de travail… le personnel de l’hopital finissant par etre franchement vexé et à se demander où est le service rendu!

Du coup, les mauritaniens ont tendance à voir tout cela d’un mauvais oeil car, d’une part, il y a des chirurgiens à l’hopital, qui sont habitués aux conditions de travail et font habituellement la même intervention avec deux fois moins de matériel, en deux fois moins de temps, et d’autre part, la mission n’opère que 5 à 6 malades par jour car leur programme opératoire n’était pas censé avoir lieu ici mais à Tijerit… du coup tout le monde à le sentiment d’une mission que nous qualifierons « d’inadaptée » compte tenu des progrès effectués à l’hopital de nouakchott.

 La mission chirurgicale est à peu de chose près d’accord avec moi…

Ainsi, hier, un patient a refusé d’être opéré par un chirurgien français qui ne sera plus là la semaine prochaine. Il a donc été reporté pour avoir son chirurgien mauritanien… je pense qu’il a raison. Cela montre bien toute la confiance qu’ils portent à la mission…

Les Mauritaniens ont la réputation d’être fiers et susceptibles. Le spincettes sont de rigueur!

PS: si quelqu’un a des nouvelles de lolo… ça m’interesse… j’arrive pas à le joindre depuis 10 jours…

Arrivée à Nouakchott!

Mercredi 5 novembre 2008

Nous y voilà… la chaleur et le sable.

L’accueil est qualifié de « confortable », un ami est venu nous chercher à l aéroport et déjà les conversations s’orientent vers les 6 mois à venir… tout reste dans l’expectative. On nous teste, on nous jauge, on attend de voir ce qu’on vaut avant de faire confiance.

L hospitalité nomade reste timide, cachée derrière des façades lézardées, brûlées de sable et de soleil. Chacun reste sur ses positions.

C’est pourtant je pense de bon présage. Ainsi on peut s’attendre à de réelle amitiés et non uniquement à un échange de richesse et de banalités…

 Nous nous sommes installé dans un appartement confortable, grand et en partie climatisé!!! La plupart des centres d’intérêt sont joints à pied ou par une rapide course de taxi.

 La mer quant à elle, a été, volontairement  je pense, évincée de la ville. Ainsi le littoral bien que tout proche, reste vierge et difficile d accès. A croire que les Mauritaniens ont préféré à la quête colonialiste de fraîcheur, bâtissant plutôt sur les bords de mer, la chaleur, le sable et l’aridité de leur passé nomade.

Tout va pour le mieux, nous sommes prêt.

Bonjour tout le monde !

Mercredi 5 novembre 2008

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.