Saint Louis du Sénégal

10 avril 2009

Après 5 mois de Mauritanie, une escapade au Sénégal est un réel dépaysement!

dscn0609.jpg
On se retrouve plongé au coeur de l’Afrique et de sa population frénétique, vivante et colorée; Les sénégalais, plus habitués à voir débarquer des touristes et au passé colonial autrement plus marqué que la Mauritanie, savent mieux appréhender les « toubabs ». Ils « nous » connaissent mieux. Ainsi, les discours prennent souvent une tournure stéréotypée, succession de phrases scandées des milliers de fois pour attirer l’attention de l’acheteur potentiel qui sommeille en chacun de « nous ».

dscn0633.jpg
Le tout, sur un discret fond de rancune post-colonialiste, prêt à jaillir à tout moment de la conversation, au moindre faux pas, ou simplement au décours d’un marchandage qui n’en fini plus.

« eh ! mon ami!  » scande un vendeur depuis sa boutique, « tu peux me serrer la main quand même! on est pas des animaux! » et hop, on se fait attraper la main, et celle n’est lachée qu’à la condition d’aller piocher dans son porte-feuille quelques billets en CFA.

Ainsi, une petite pointe d’agressivité montre le bout de son nez, on se sent culpabilisé, alors que la réalité est très simple: ils veulent juste nous vendre des souvenirs!

dscn0623.jpg
La spécialité des vendeurs à la sauvette sénégalais est de suivre sa « proie », et de ne la lacher qu’après avoir pu refourguer un ou deux grigris. Quitte à faire la discussion pendant des heures! ainsi un monsieur nous a suivi le long de le plage pendant près de d’1H30!

L’aspect très pénible, c’est que parfois la conversation « dérape », et fini parfois en: « alors, tu ne veux pas m’aider? achète moi quelque chose!  alors c’est que tu n’aime pas les noirs! « (??!!???!) et immédiatent ensuite:  » tu sais si je te coupe la peau, c’est le même sang qui coule dans nos veines… »

Voilà ce que j’entendais par « dérapage » et « rancune »…

dscn0624.jpg
En cela la Mauritanie est très différente.

Les Mauritaniens, qu’ils soit Maures, Soninké, Wollof, Pular, sont très fiers et ont toujours lutté activement contre les colons français. Raison pour laquelle le pays est très peu developpé en ce qui concerne les infrastructures, rien n’a pu être construit, ou presque, pendant la colonisation, ni villes ni routes, ni hopitaux…

dscn0618.jpg
Mais cela donne aux Mauritaniens un sens de l’acceuil réel. Quand quelqu’un vous invite ou engage la conversation, il n’a, la plupart du temps, aucune idée derrière la tête.  Ainsi, je sais que quand je reviendrai, insha llah, je serais accueilli chez mes amis comme un roi! et pour une durée qui n’a pas de limite (ou presque).

Les gens donnent TOUT ce qu’ils ont pour leur famille et leur amis. C’est vraiment impressionnant. Ils sont beaucoup moins attachés à leurs objets que nous pouvons l’être. Ainsi, une bonne façon de se procurer une fringue sympa, consiste à dire à votre ami que vous aimez beaucoup son T shirt… vous pouvez être sûr de repartir avec!!  Mais au final, comme tout le monde fait la même chose, la roue tourne, et tout est à peu près bien réparti… à classe sociale équivalente bien entendu!

dscn0619.jpg dscn0607.jpg

Il ne reste plus que 2 semaines avant mon départ, et déjà je suis triste de quitter la Mauritanie. Il règne ici une simplicité, que nous n’avons pas ou plus chez nous. Avec nos protocoles, bonnes manières et « savoir-vivre », nous avons considérablement compliqué le quotidien et les choses qui ne devraient pas l’être. Par exemple, ici, on peut aller déjeuner tous les jours pendant des mois chez son voisin sans se sentir redevable de quoi que ce soit! c’est normal ici. Ainsi les mauritaniens ne se demandent jamais CE qu’il vont manger, mais plutôt CHEZ QUI ils vont manger!

Imaginez vous une seconde, aller manger toute une semaine chez un ami, sans que vous soyez en vacances chez lui???!!? Impossible! celui ci se sentira pris pour un con, ou attendra que vous lui rendiez son invitation, et vous serez assez vite très mal à l’aise, incarnant le pique-assiette par excellence!( je ne parle bien entendu, pas de participer à la confection du repas ou à son financement, mais bel et bien de mettre les pieds sous la table…)

Bref, la Mauritanie et sa simplicité vont vraiment me manquer.

Quelques petites photos de St louis du Sénégal, histoire de vous emmener un peu avec moi…

La bise.

dscn0627.jpg

Une autre vie ?

20 mars 2009

Il y a maintenant 2 semaines, un beau week end passé en bord de mer, entre Atlantique et Sahara occidental.

image409.jpg
Un week end simple auprès d’une famille nantaise ayant choisi une autre vie.Ils ont choisi 6 mois par an, de s’occuper d’associations d’handicapé ainsi que du développement d’un village du Sénégal en y installant …tout!  l’eau ( en creusant un puit), l’electricité (par des panneaux solaires), la santé ( construction d’un dispensaire en y instaurant la permanence d’un infirmier rémunéré), l’éducation ( mise en place d’une bibliothèque). Impressionnant. Voici maintenant 4 ans qu’ils sont sur les routes, dans un autocar jaune aménagé pour l’occasion. Les parents ont 30 – 40 ans, les enfants sont en CE1 et en 6ème…

Quant ils sont sur les routes, ils suivent l’école par correspondance ( le CNED) et apprennent tellement de leurs voyages.

Ils ont choisi d’investir leur temps libre, leurs sous, et la moitié de l année à l’Afrique de l’Ouest. A contribuer à rendre la vie meilleure à ces populations. Ils ont monté une petite ONG et vivent pour ça. Ils pourraient faire comme « tout le monde », changer plus souvent de voiture, refaire la cuisine, passer des vacances au club med… On en fait des choses avec 30 000 euros…. Eux en font… autre chose!

Allant à l’encontre de notre société, de notre « crise », de notre « baisse du pouvoir d’achat », de nos manifestations sans fin, grèves et autres coups de gueule, cette éducatrice spécialisée (Sophie) et ce maçon (Patrick) ont choisi une vie, avec plus de vie, justement!

Ainsi, ayant appris que rien qu’à Nantes, on jette des camions entiers de fauteuils roulant tous les ans, ils ont décidé de les acheminer jusque dans les différents dispensaires de l’Afrique de l ‘Ouest. En effet, les fauteuils sont en location dans les pharmacies françaises, or, si l une d’entre elle achète un nouveau modèle de fauteuil, les autres sont obligé d en faire autant, car les francais veulent du dernier cri! Du coup, ils se débarrassent des anciens modèles ( parfois presque neufs…). Et personne n’en veut.

Dans le même esprit, il existe des usines entières  pleines de stock de nourriture invendables. Je m’explique: si une grande surface reçoit une commande de 10 cartons de 20 paquets de »petits écoliers » ( ce sont mes préférés!), mais que la commande prévoyait 10 cartons de 25 paquets de ces biscuits, la commande n’est pas conforme.Donc refusée. Et comme il revient moins cher de jeter les biscuit reçus, que de renvoyer les paquets de façon isolés et de commander à nouveau les 10 cartons de 25 paquet, ceux-ci sont stockés jusqu’à date de péremption dans de gigantesques entrepôts pleins de produits du même style. Ils ne peuvent être vendu moins chers, ni donnés, au risque de créer une concurrence déloyale. Interdit.
Eux récupèrent cette nourriture et l’acheminent en Afrique.

Notre société marche sur la tête!! la crise économique en est la preuve irréfutable…

Ce fut donc au cours d’un beau week end en leur compagnie à se baigner, à pêcher, boire le thé et faire des grillades en pleine nature que j ai fait leur connaissance. Je les salue pour leur courage (les formalités administratives pour acheminer du matériel vers l’Afrique, notamment au détroit de Gibraltar, sont ahurissantes. Une épreuve de plus pour décourager ce genre d’initiatives), leur originalité, leur ténacité et leur ouverture d’esprit.

image408.jpgimage405.jpgimage412.jpg

Ils ont quitté le territoire français pour la première fois il y a 4 ans, n’avaient jamais voyagé auparavant.

D’autres vies que celle qu’on nous propose existent! La politique de la peur porte ses fruits…

Quant on voit ce que la majeure partie de l’humanité vit au quotidien, on se demande vraiment de quoi on peut avoir peur, nous autres occidentaux, frileux et fragiles.

N’ayons plus peur, vivons !

L’adresse de leur ONG: http://aidwestafrica.free.fr

image411.jpg

 

La badiya

11 janvier 2009

Tout d’abord, tous mes voeux de bonheur, d’amour et de santé pour cette nouvelle année.

 

Cette fois ci j’ai découvert autre chose, un autre milieu de la mauritanie. En effet j’ai été invité par Mohamed ould sid Ahmed, un anesthésiste réanimateur avec qui je travaille le dimanche uniquement (premier jour de la semaine ici) dans sa maison de « campagne » (alias la « badiya ») pour le week end.

 

Le dépaysement fut total! Paysage de savane, herbes éparses poussant sur une terre sablonneuse, parsemée d’acacia offrant ombre et nourriture pour le bétail: dromadaires, ânes, vaches, chèvres et moutons. Fini la pollution et la poussière de Nouakchott!

Eh oui! ici aussi les citadins aisés se refugient le week end à la campagne! à vrai dire avec mohamed la différence est de taille puisque nous étions dans son village natal… C’est un bédouin de la plus pure tradition, il a grandi dans le désert à 15km à dos de chameau de chez ses parents pour pouvoir etre scolarisé. Il connait parfaitement le métier de berger. J’ai donc appris pas mal de chose avec lui! Il a par la suite eu une bourse pour faire ses études de médecine au Maroc, puis une bourse européenne pour faire son internat en France… à Nice! c’était il y a 11 ans.

Nous avons joué aux apprentis vétérinaires, car il n y en a pas là bas… au total, une incision d’abcès de la cuisse d’un veau, avec un couteau chauffé à blanc, suturé par votre serviteur avec un kit de suture jetable from Nice et du vicryl 2.0…

image390.jpgimage394.jpg

On a également soigné une infection de la mamelle chez une chamelle, ce qui empêchait son petit de la téter (et financièrement parlant, si elle avait perdu ses mamelle, elle n’aurait plus été d’aucune valeur puisqu’ils les élèvent pour le lait de chamelle très prisé ici, et très bon d’ailleurs!) Rien de telle que de la bonne vieille bétadine plein la mamelle, et une injection d’antibiotique intra mamellonnaire pour se retaper le dromadaire! …. le lendemain, le lait jaillissait fièrement sous la succion de son petit….

Pour poursuivre sur les chameaux, vous voudrez certainement savoir, qu’une chamelle vaut environ 1000 euros. Donc pour ceux qui se sont vus faire une proposition de chameaux contre leur femme… songez y ! ça peut devenir interessant!! 100 chameaux=100.000 euros:  cool !!

décidement; elles m ont vraiment plu ces bebetes… saviez vous  que pour donner du lait, la chamelle doit avoir un petit qu’elle allaite… jusque là ça va. Mais si d’aventure, le petit vient à mourir, on perdra alors le précieux liquide… La solution alors relativement complexe. Elle consiste en l’achat d’un bébé chameau, pour remplacer le précédent qui est censé téter la mère pour stimuler la lactation… Le problème étant que la chamelle refuse, car ce n’est pas son petit. Les liens du sang encore une fois!

Il faut donc avoir recours à la « medecine traditionnelle »… et c’est la partie la plus fascinante! elle consiste à amener la chamelle et son petit chez un « spécialiste » de la question, qui procèdera ainsi:

il va tout d’abord fermer l’anus de la chamelle en le cousant (!), et attacher le petit entre les pattes de sa nouvelle maman. Ainsi, qd celle ci voudra déféquer  ce qui lui est alors impossible, elle ressentira des sensations proches de l’accouchement, car au fur et à mesure, la pression sera de plus en plus important appuyant sur tout le pelvis. Et à chaque fois qu’elle se retournera pour voir ce qui se passe, elle pourra apercevoir invariablement le bébé chameau et finira par croire qu’elle a effectivement mis bas à nouveau !!!

Comme quoi, il ne faut pas croire ce que l on voit: les relations de cause à effet un peu hatives peuvent s’avérer trompeuses et erronées !!

image392.jpgimage391.jpg

En tout cas c’est quand meme épatant d’ingéniosité…

Outre  ces méthodes fascinantes d’élevage,  j’ai aussi été confronté au problème de la désertification. Plusieurs choses y contribuent et en premier l’Homme. L’écosystème de la brousse et de la savane est fragile. Ainsi une grande partie de l’avancée du désert en Mauritanie est due à la déforestation progressive par les bergers, qui après la grande sècheresse de 1979, ont du pour survivre, couper les maigres acacias, afin d’en faire du charbon de bois pour le vendre et assurer leur subsistance ( le bétail n’ayant plus de quoi paitre avait en grande partie péri). Les arbres ont ainsi été insidieusement supprimés et avec eux, l’ombrage qu’ils offraient à l’écosystème qui s’épanouissait à leurs pieds. Tout en ne formant plus un rempart contre l’avancée du sable. Une pincée de réchauffement climatique là dessus, et le tour est joué.

Un autre fléau insoupçonné de la savane (en ce qui me concerne) : les chèvres! en effet, les troupeaux de celles ci représente l’élevage le moins couteux (leur petite taille en facilite la gestion) et le plus rentable puisqu’il fournit du lait, de la viande , des peaux… mais le problème est que les chèvres ravagent les paturages en broutant l’herbe jusqu’à la racine l’empêchant de repousser! ce qui n’arrive pas avec les mouton, les vaches ni les chameaux. Mais ceux ci étant beaucoup plus couteux à l’achat et à l’entretien, les bergers modestes ne peuvent pas en acheter et poursuivent l’élevage de chèvre… le serpent se mord la queue, et le sable gagne du terrain. Ainsi, la Tunisie a interdit récemment l’elevage de celles ci.

Mis à part ces considérations agronomique, j’ai vraiment passé un très beau week en en compagnie de mohamed, on a discuté tout au long du week-end, et nous sommes entendus à merveille. Il est pour l’instant la personne la plus ouverte d’esprit que je connaisse en Mauritanie, le seul qui ne souhaiterais pas que tous les homosexuels de la planete soit torturés jusqu’à ce que mort s’en suive, après bien entendu lui avoir gentiment ôté les parties génitales…( ce qui va probablement se passer pour les 8 gays envoyés en prison cette semaine au sénégal…). Bref, un extraordinaire moment d’échange vrai, sans préjugés: précieux!

That’s all folks!

image386.jpg

et joyeux Noel !

27 décembre 2008

Bonjour à tous et avant toute chose, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, mangez et buvez beaucoup. Peut être qu’ainsi l année 2009 sera plus heureuse… ou pas! en tout cas ça sera toujours ça que l’ennemi n’aura pas….

Ici je continue mon apprentissage de l’arabe et 10 ans après le lycée, c’est sympa de se lancer dans l apprentissage d une nouvelle langue!

A l’hopital, j ai eu mercredi mon premier accident grave d’anesthésie… un enfant de 10 ans qui a fait un arret cardiaque pendant l’opération ( chirurgie de rachis pour un cancer: neuroblastome)… on l a récupéré après 15 minutes de massage, de l’adrénaline et 3 chocs electriques. Heureusement, qu’onavait équipé la salle et qu’on avait tout sous la main… il avait 7.5 de potassium sur le bilan post op et 4g d’hémoglogine, les parents n’avait pas les moyens de payer le bilan préopératoire … il est en réanimation maintenant, et c’est je crois la premiere fois qu ils ont à prendre en charge un patient ayant fait un arret cardiaque récupéré, à fortiori un enfant, c ‘est pas gagné, mais il a eu toutes les chances de son coté, ce d’autant qu’il est d’une famille qui n’a pas un sous…

Insh Allah, il ne reste plus que ça….

J’ai passé plusieurs semaines ici, avec une réelle colère envers les medecins anesthésistes locaux, qui se déchargent au maximum sur les infirmiers anesthésistes pour faire tout le boulot ou presque et ne quasiment pas mettre le pied en salle d’opération à l’hopital, sauf souci majeur (du style le gamin ci dessus…). Et ce pour des raisons pécunières. En effet, ils bossent tous dans le privé en parallèle et ont hate de quitter l’hopital pour aller gagner des fortunes en clinique (pour certains près de 10 000 à 15 000 euros/mois !!!).

Ainsi quand ils sont d’astreinte à l’hopital, ils sont en meme temps à la clinique et ne se déplacent pour ainsi dire jamais, meme pour les nouveaux né, les polytraumatisés, etc et ce, alors qu ils sont 7 medecins anesthésistes à nouakchott…

Mais j ai compris que cette situation dont se plaignent beaucoup les infirmiers anesthésistes, est aussi entierement de leur faute, car ce sont eux qui acceptent cette situation et endorment seuls tout et n’importe quoi, car ceux ci bossent avec les medecins anesthésistes dans le privé également, du coup s’ils veulent conserver leur postes en clinique, ils sont tacitement « contraints » d’avoir le moins possible recours aux docteurs, et de se debrouiller tout seul, quitte à prendre de gros risques pour les patients…

Du coup la situation arrange un peu tout le monde, sauf les malades!

encore une fois, une seule chose gouverne le monde: les sous!

Hélène est avec moi pour les fêtes, et on s’entend à merveille. C’est une chose superbe que de vivre une expérience forte et différente à deux, rien de tel pour casser la monotonie!!

trêve de blabla et place aux photos: elles ont été prises au parc du banc d’Arguin.

 

 

 

dscn0262.jpgdscn0238.jpgdscn0218.jpgdscn0213.jpgdscn0206.jpg

 

la Mauritanie: hospitalité ?

13 décembre 2008

eh, coucou! (salutation niçoise typique)

ahhhh! L’Afrique…. sa pauvreté bien compensée par une solidarité déroutante… un accueil chaleureux… la main sur le coeur….

???????!!???

Pas vraiment!

En tout cas en ce qui me concerne, on ne peut pas dire que se soient les invitations qui pleuvent… en un mois et demi à l hopital, où tout se passe tres tres bien, où je passe mes journées à montrer des choses aux gens, à les former à l ALR, pas la moindre invitation de la part de qui que se soit! meme pas un café… meme pas de la part de Mahfoud mon chef de service…( petite rectification, il m invite ce soir, enfin!). Très étrange. Cela contraste vraiment avec ce que connait Hélène dans son village de pêcheur où elle est traitée comme une reine. Meme à son retour à Nouakchott, les seules invitations que nous avons reçu viennent de la part de ses amis pêcheurs.

eh oui, ici comme ailleurs, moins les gens ont de sous, plus ils ont le sens de l hospitalité et du partage!

enfin en tout cas, tout se passe toujours tres bien.

Pour ce qui est de la religion, je rappelle simplement que la Mauritanie est une république islamique et que par conséquent, 99.9% de la population est musulmane. C est quand meme assez spécial… Ils sont le prototype du « bon » musulman, ils sont adorables, mais vraiment etroits d esprit! Il ne concoivent pas vraiment qu’on puisse ne pas etre musulmans, et encore moins ne pas croire en Dieu… alors là, c est vraiment l’incompréhension totale.

Faut dire que tout le pays vit au rythme de l Islam, forcément ca pousse à croire que c’est partout comme ca! Il n y a absolument aucune mixité culturelle. L appel à la prière retentit dans tous le pays, à toute heure, invariablement. Et tout s’arrête. Même les voitures sur les routes! On descend de véhicule, on sort son tapis de prière, on se lave les mains dans le sable, on prie, et on remonte en voiture… à l’echelle d un pays, c’est très impressionnant!

C est assez etrange, car ils ont un coté vraiment bienveillant. Ils sont tellement convaincu de leur foi, que quand ils aiment bien quelqu un, ils essayent de toute leur force de convaincre cette personne à se convertir… pour son bien! afin qu il ne périsse pas en enfer, le pauvre! Il n’y a pas de place pour le doute.

Ainsi, un ami français (il se reconnaitra…) m’a confié un jour que pour lui, plus il y avait de musulmans sur terre plus il était heureux… j’ai trouvé ça très étrange.

en ce qui me concerne, devant une telle foi, je ne peux m’empecher de penser qu’il y a 5 milliards d autres croyants, d’autres religions, qui pensent que se sont les autres qui périront en enfer pour ne pas avoir suivi leur culte….!! Qui a raison, qui a tort?

Je comprends parfaitement, qu on puisse croire en un Dieu, et peut etre même qu’ « il » existe, mais toutes ces fables, ces  mythologies, ces règles plus ou moins terribles à suivre scrupuleusement et qui souvent s’opposent d’une croyance à l’autre, sont quand meme, quand j’y pense, difficile à avaler…

Devant une telle variété de cultes, de croyances, pourquoi en soutenir une plutot qu une autre?

Ca ne me dérange absolument pas, le probleme est que, bien souvent, l intolérance pointe le bout de son nez, et avec lui, un doigt accusateur plein de reproches et de menaces…       là est tout le problème des religions.  La haine est cachée, juste derrière.

Conclusion: pour ne pas gacher une belle soirée entre amis ici (et ailleurs?), évitez d’aborder ce sujet! le discours moralisateur arrive à vitesse grand V !

je finirai par une petite chanson bien connue de Brassens et particulierement juste:

 » Mourir pour des idées, l’idée est excellente,                                                                                  Moi, j ai failli mourir,  de ne l’avoir pas eu.                                                                                      Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante,                                                                        En hurlant à la mort, me sont tombés dessus…. »

28 novembre 2008

bruluremal de pottchez moi!salon maureles droguesles fameuses sondes d IOTrespi et scopetenue de bloc  image288.vignettesieste du surveillantlavage de pied au bloc!banc d arguinhabitation imraguenimage348.jpgtumeur genoubanc d arguintente maurecampagne depistage cancer seincybercafé de l hopital!

L’HOPITAL

28 novembre 2008

Aujourd’hui, je vais vous parler un peu de mon expérience à l’hôpital. Désolé d’avance pour les non anesthésistes pour un vocabulaire qui pourra être un peu spécialisé…

Voici maintenant 3 semaines que je travaille quotidiennement au centre hospitalier national de Nouakchott, le plus grand hôpital du pays. Nous parlons ici d’ un bloc de chirurgie programmée comprenant 7 salles d’opération, située dans différents endroits de l’hôpital. Les chirurgies assurées sont: orthopédie, viscéral, urologie, orl, gynéco, neurochirurgie.

Un bloc de chirurgie d’urgence fonctionnant 24h/24, avec 5 salles d’opération.

Une Réanimation assez sommaire qui ne dispose que d’élément de surveillance non invasifs ( donc pas de KT artériel, pas de PIC, etc…).

Pour ce qui est du personnel, 95% du boulot est assuré par les techniciens d’anesthésie. Il y a un médecin anesthésiste réanimateur (MAR) pour le bloc de chir programmée ( bon en ce moment il est en vacances… donc il n y en a aucun!!) et il est là en général de 10H à 13H ( alors que les opérations ont lieu de 8H à 16h…) car le reste du temps il bosse dans une clinique où le salaire est 10 à 20 fois plus élevé qu’à l hôpital! Et puis, à ne pouvoir être partout…on est nulle part… ( eh oui 7 salles d’opération pour une personne, c ‘est pas possible!, donc tout est laissé à l appréciation des « IADE » qui bossent bien en général d ailleurs mais sont un peu désoeuvré car bien seul avec leur patient… ( surtout pour la pédiatrie!! eh oui les nouveau nés à endormir seul sans saturomètre, y’a de quoi!).

ensuite il y a un 2eme MAR pour le bloc d urgence et un 3eme pour la Réa.

En ce qui concerne l’équipement, c est pas si pire comme disent les québecois. Toutes les salles sont équipées de respirateurs (taema) avec halothane en circuit ouvert, une centrale d’oxygène, des scopes avec brassard automatique, saturomètres, sauf dans une salle où c est le défibrillateur qui fait office de scope… et où il y a ni saturo ni brassard automatique…malheurement… c est la salle où ils font plein de pédiatrie ( notamment la neurochir…!) Du coup j avoue que la dose de stress est assurée! Il y a un seul capno dans tout l’hopital… je leur est montré à quoi ça servait… ça leur à plu! en 3 semaines, aucune complication à déplorer, hamdulah!!

Pour ce qui est de l’hygiène, c est pas trop mal! les aiguilles et les seringues sont à usage unique, tout comme les aiguilles à rachianesthésie ( les même qu’à la maison!), les salles sont propres et désinfectées entre chaque opération, les boite de chir sont stérilisées correctement. y a des gants stériles.
par contre ce qui est vraiment crade, ce sont les sondes d intubation!! elles sont réutilisées… et « stérilisées » entre chaque patient ( la stérilisation consiste parfois à un bon savonnage avec du savon de marseille…. dans le meilleur des cas: désinfection au Cidex).

Ainsi un IADE m a montré avec fierté une sonde en LATEX ( vaut mieux pas etre allergique…) qu il utilise depuis 1985!!!!!!! soit 23 ans de bon et loyaux services… et ça risque pas de s’arreter là…

et quand on sait qu il y a plein de tuberculeux, quelques lèpreux, des sidéens, et autres hépatiteux……….ça fait rêver!

les filtres pour les circuits du respi n existent pas.

bref, ça craint quand meme un peu du boudin… je suis en train de me battre pour qu ils arrêtent de réutiliser les vieilles sonde d ‘IOT. Ils ont les moyens d en avoir une neuve pour chaque malade.

Une des raisons, pour laquelle ils continuent à réutiliser du matériel à usage unique est pécunier. je m’explique. Chaque patient paye 150 euros pour etre opéré, cet argent est censé payer les salaires et le matériel. Le surplus des sous est redistribué au personnel à la fin de chaque mois, au titre de prime de motivation. Du coup moins ils utilisent de matériel, plus il reste de sous! cela leur permet de doubler voire tripler leur salaire…

 

Le second problème majeur qui se pose est celui du réveil. Il n y a pas de salle de réveil. Les patients remontent directement dans « leur chambre » (6 malades par chambre plus les nombreux accompagnants…), où il n y a pas vraiment d infirmier dédié, pas d oxygène partout et encore moins d appareil de surveillance… Alors pour leur AG où ils font systématiquement et pour n importe quelle chirurgie: PENTHO , FENTA , PAVULON puis entretien à Halothane en finissant par une decurarisation ( NEOSTIG, ATROPINE) , la respiration des patients au reveil s’apparente beaucoup à celle du poisson rouge… de toutes facon en post op, il n y a pour ainsi dire pas de surveillance, du coup beaucoup de complication passent inaperçues…

 

J ai commencé à former les MAR et l’IADE qui bosse en orthopédie à l’ALR. Ils sont avides de connaissance, retiennent et appplique immédiatement ce qu’on leur montre: vraiment très agréable. Je leur ai donné une copie du cd d alr d astra zeneca et leur pose des questions d anat, de pharmaco, et de physio, pour eux,  conditons sinequanone, pour que je leur lache l aiguille!! je cible essentiellement  l apprentissage du bloc huméral ( une pensée pour alphonse pulcini et patrick duflo). Celui du BIS étant plus risqué (une pensée pour Elisabeth Gaertner et Cécile Rideau),  j’hésite encore car ils restent tres demandeurs de formation en ALR pour le membre sup… tout l’enjeu est d’éviter l AG.
Ils ont ainsi adopté définitivement la rachi unilatérale (une pensée pour mike).Et ça, j avoue que c’est assez valorisant: fini l’ephédrine !

J ai passé les deux dernieres semaine avec une mission niçcoise de chir ortho pédiatrique de Lenval!! il y avait un chir ortho: Dr Edouard CHAU ( eh oui c est le cousin d ‘Yves Chau !! le monde est petit), une IBODE: francoise et un anesthésiste pédiatrique qui bosse dans le privé à Toulouse: Dr Jean Luc JACQUEMET ( il a quitté Lenval il y a 2 ans). J ai beaucoup appris avec eux, surtout avec jean luc, car on fait beaucoup de pédiatrie ici, et je n’en avais pour ainsi dire quasiment jamais fait. Du coup, j ai appris entre autre avec lui les caudales, et l alr de l enfant: super!! tout pour eviter l AG.

Mes études avancent pas mal ici, le personnel est de relativement bonne volonté pour me filer un coup de main.

et voilà pour cette fois ci. Encore mes excuses aux non anesthésistes que mon discours n’aura peut etre pas passionné…

à très vite.

qq photos

22 novembre 2008

antibiotique..

 

c est un debut…

bisesqq photos IMAGE_296IMAGE_292IMAGE_291IMAGE_288IMAGE_287IMAGE_277IMAGE_275IMAGE_262IMAGE_257IMAGE_331IMAGE_328IMAGE_314IMAGE_310IMAGE_309IMAGE_307IMAGE_299

le Banc d’Arguin

19 novembre 2008

Ce week end, escapade avec des amis anthropologues au coeur d’une réalité mauritanienne bien différente: le PARC NATIONAL DU BANC D ARGUIN (PNBA).
Arrivé dans un paysage sauvage où la nature est sans conteste maitresse. Vastes étendues de dunes de sable se jettant dans l océan atlantique… ça calme!

Il se trouve que c est une reserve ornithologique qui regorge de gros pélicans, flamands roses  et autres hérons. Elle est doté d une des eaux les plus poissonneuses au monde: vraiment impressionnant l ‘eau grouillle litteralement de « mulets jaunes », » courbines »  et autres poissons volants, qui se jettent hors de l’eau, attirant les dauphins par le bruit qu’ils font en amerrissant. On peut d ailleurs attirer ceux ci en tapant sur l eau parait il!! ( je sais c’est un truc de ouf…)
nous avons été ensuite invité successivement dans différente familles du village d’Imraguen ( tribu de pêcheurs du parc), qui se battait pour nous avoir sous leur toit et nous faire cadeau de se qu ils ont de plus precieux: poutargue ( caviar mauritanien: delicieux), poisson seché et collier de coquillage. Epoustouflant de n avoir que si peu et de donner autant…

Dans le village il n y a ni eau ni electricité et les gens ne se lavent pour ainsi dire…. jamais… en particulier les femmes ( les hommes passent la journée dans l eau, ils sont donc relativement propres). Quant elles vont aux toilettes, quant elles sont indisposées, pas de probleme, elle ne s essuye pas ni ne se lavent… tout pars dans le grand voile qui les enveloppe appelé « melefe »…. meme voile qui sert plus tard à … essuyer la vaisselle…   ah ouais… quand meme!

bref depaysement assuré et decouverte d une façon de vivre fondamentalement différente de la notre où il n y a ni porte ni étranger. ainsi on dit que n importe qui peut s inviter à votre table n importe quand, sans avoir à demander quoi que ce soit et  qu on est en droit de lui demander ce qu il fait ici qu après le 3eme jour passé sous votre toit !!!! je vous laisse imagnier ce que ça donnerait dans nos foyers douillets et surprotégés…

franchement: tres enrichissant, une belle lecon de vie…

Pour ce qui est qui est de la vie à nouakchott, tout se passe très bien. Le boulot à l hopital devient de plus en plus interessant et les gens me font confiance: agréable! ils sont tres ouverts à ce que je leur apporte et l appliquent très volontiers! gratifiant…

je parlerai plus longuement de ce chapitre plus tard,

J ai pris mon premier cours de Hassania, dialecte de l’arabe, hier… super!! mais ça va pas etre simple….

à tres vite,

n hésitez pas à me donner de vos nouvelles, ça fait toujours chaud au coeur!

bises

lonely

11 novembre 2008

 Tout va plutot pas mal! Hélène est partie lundi pour le Banc d’Arguin. Je me retrouve à nouveau cavalier solitaire.

 Pour ceux qui ne sont pas au courant… je suis parti avec ma chérie et compagne, Hélène, qui fait un thèse d’Anthropologie sur les tribus de pêcheurs, les Imraguens, du parc national du Banc d’Arguin, à 300 km au nord de Nouakchott. Elle alterne ainsi des séjours d une semaine à Nouakchott et au Banc d’Arguin.

 A Nouakchott, je prends petit à petit le rythme de l hosto est suis en train de mettre en place mes 2 études sur place….. pas facile!! j suis vraiment tout seul sur le coup! mais bon avec du taf et de l assiduité ça devrait aller! ( d’ailleurs j ai toujours pas de nouvelles de Laurent Rami… lui est il arrivé qq chose?? aucunes nouvelles depuis à peu pres 3 semaines…)

 

Je commence à connaitre du monde ici, les rencontre se font vraiment très rapidement! En Afrique, il est difficile de rester seul…faut vraiment le vouloir…tout le monde communique, fais le premier pas. Et les téléphones portables ont ici de très beau jours devant eux… la plupart des gens en ont d ailleurs 3: un pour chaque opérateur…

 Cpdt l’état d’esprit reste tres différent de l afrique saharienne, les gens sont assez fiers et il y a tres tres peu de colporteurs, rapoteurs et autres mendiants, il est donc agréable de se promener dans la ville, peinard!

 

De plus la vie artistique de nouakchott est animé en grande partie par le centre culturel francais qui organise pas mal de chose: j ai vu ce week end un concert exceptionnel de « bamassou Kouyaté » un malien inventeur du « blues du mali » avec des instruments traditionnels, très pro, vraiment épatant!

y a du ciné régulièrement, l’entrée est gratuite pour tous… sympa!

 

j ai rencontré un groupe de musicien du coin ( ils sont une vingtaine en tout dans le pays!!), et vais essayer de faire un peu de musique avec eux??!!? en tout cas ils m ont donné des tuyaux en or pour acheter de quoi confectionnner des percussions africaines à moindre frais! (calebasse et autres cucurbitacés!!). peut etre une solution aux problemes de section rythmique pour ma musique!!?!

 

 bientot, un petit apparté politique… tout le monde ici ne parle que de ça…

pour les avides d’hopital, je l’évoquerai à nouveau la prochaine fois, insh allah!

12